Les Statues Meurent Aussi | 19.06.-30.09.17 | Maladrerie de Saint Lazare | Beauvais | France

 

Der Titel der Ausstellung ist dem gleichnamigen Dokumentarfilm von Chris Marker und Alain Resnais entnommen, der 1953 herauskam. Er war von der Zeitschrift Présence africaine, herausgegeben von Alioune Diop, beauftragt und wurde angeregt diskutiert, insbesondere von Intellektuellen wie Aimé Césaire, Price Mars, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright ou Jean-Paul Sartre. Die Ambition war, einen Raum für den afrikanischen Diskurs zu schaffen, in dem man den markantesten Figuren der afrikanischen Welt der Nachkriegszeit wieder begegnet.

Die Ausstellung Les statues meurent aussi lädt jeden dazu ein, die Arbeit von Stefan Rinck zu betrachten, als die eines Bildhauers, eines Handwerkers und sich das Material und die Geste zu Bewusstsein zu führen- welche eine liebswürdige neue Sensibilität “die künstlerische Haltung” und den Prozess des Schaffens teilt.

“Das Volk der Statuen ist sterblich. Eines Tages werden selbst unsere steinernen Gesichter verrotten. Eine Zivilisation hinterlässt ihre bruchstückhaften Spuren, wie die Kiesnester des kleinen Däumlings, aber die Geschichte hat alles verschlungen. Ein Objekt ist gestorben, wenn der lebendige Blick, der auf ihm ruhte verschwunden ist und wenn wir verschwunden sind, werden unsere Objekte nicht mehr da sein, oder wir umgeben uns mit denen der Künstler: im Museum.”

Die Ausstellung Les statues meurent aussi siedelt sich unter dem Zeichen einer verlorenen Einigkeit an, bzw. der Kunst, die dem Betrachter und der Welt eine Einigkeit verbürgt.
Drei monumentale Skulpturen aus Kalkstein empfangen und führen uns. Um das Thema der Ausstellung zu verstehen, muss man sich zu den Ursprüngen der Maladrerie begeben. Im Mittelalter war dieser archtektonische Komplex ein Leprosorium. In dieser Epoche wurden die Lerprakranken ausgeschlossen, von der Welt isoliert und gesellschaftlich für tot erklärt. Ihre einzige Möglichkeit war innerhalb der Maladrerie Freundschaften zu schliessen. Hinter den hohen Mauern wurde diese Krankengeschichte im 12. und 13. Jahrhundert verkannt und man erzählte sich, dass die Lepra ein Zeichen des Bösen sei.

Auch wenn heute in Stefan Rinck’s Arbeit in der Maladrerie eine demütige Geste mitschwingt, trägt sie gleichermassen zur Enthüllung einer Welt im Schlafzustand bei. “Hüter der Grabmäler, Wächter der Toten; Wachhunde des Unsichtbaren.
Diese Statuen der Vorväter- bilden sie einen Friedhof? Wir legen Steine auf unsere Toten, um ihr Entweichen zu verhindern. Der Künstler bewahrt in ihrer Nähe ein Andenken und zieht Nutzen aus ihrer Stärke in einem gefüllten Korb ihrer Gebeine. Es sind die Toten, die aller Weisheit und Sicherheit vorangehen. Sie sind die Wurzeln des Lebendigen. Und ihr ewiges Gesicht nimmt manchmal die Form von Wurzeln an.”

In der Maladrerie blühen diese Wurzeln. Die Skulpturen von Stefan Rinck, von unfreiwilliger Schönheit, entleihen formale Attribute aus dem Tierreich und berühren uns, unter der Voraussetzung, dass wir sehr wohl wissen, dass sie uns ignorieren, da sie von einer anderen Welt sind. Wir könnten das Leid, die Heiterkeit, den Humor darin sehen, wissen aber nichts.

 

“Kolonisten der Welt, wir wollen von allen sprechen: den Bestien, den Toten, den Statuen”; und gut, die Statuen von Stefan Rinck sind stumm. Sie haben Münder die nicht sprechen; sie haben Augen, die uns nicht sehen. “Es sind keine Idole, eher Spielzeuge; todernste Spielzeuge die aber nicht bedeuten wollen, was sie abbilden. Es ist weniger Götzenverehrung wie bei unseren ewigen Heiligenstatuen. Niemand himmelt diese gestrengen Püppchen an. “Die Statuen von Stefan Rinck sind nicht der Gott, sondern das Gebet. Gebete des Künstlers, offen für die Welt, den Körper, die Frauen und den Lebensgenuss. Die Statuen des Künstlers sind wild und formal sowie materiell mit dem Boden verbunden.

 

Kuratorin der Ausstellung: Tiphanie Dragaut-Lupescu

übersetzt von Sonja Baeger

 

The title of the exhibition is taken from the documentary of the same name by Chris Marker and Alain Resnais, which was released in 1953. It was commissioned by the magazine Présence Africaine, published by Alioune Diop, and instigated discussions, especially of intellectuals like Aimé Césaire, Price Mars, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright or Jean-Paul Sartre. The ambition was, to create a space for the African discourse in which the most prominent figures of the African world from the postwar period could be revisited.
The exhibition The Statues Also Die invites to look at the work of Stefan Rinck, as the work of a sculptor, a craftsman and become aware of the material and the gesture- sharing an amicable new sensitivity „the artistic attitude“ and the process of creation.
«The folk of the statues is mortal. One day even our faces of stone will decay. A civilization leaves it‘s rudimentary traces behind, like the rock pockets of Tom Thumb, but history has engulfed everything. An object is dead when the vital glance at it has disappeared, and when we have disappeared our objects won‘t be there unless the ones of the artists: in the museum.»
The exhibition The Statues Also Die gathers around the sign for lost unity, respectively art as warrantor of the accord between man and the world. Three monumental sculptures from limestone welcome and guide us. In order to understand the theme of the exhibition, one has to go back to the origin of the Maladrerie . In the middle ages this architectural complex was a leprosarium. In this era the lepers were excluded, isolated from the world and declared dead by society. Their only possibility was to make friends within the Maladrerie. Behind the high walls this desease was misjudged in the 12th and 13th century and people would fable about lepra being a sign of evil.
Although a humble gesture resonates in Stefan Rinck‘s work at the Maladrerie , he contributes to unveil a world in the state of dormancy. «Guardians of the tombs. Keepers of the dead; watchdogs of the invisible. These statues of the ancestors – are they forming a cemetery? We lay stones upon our dead to prevent their elusion[…] It is the dead who lead the way to all wisdom and certainty. They are the roots of the living. And their eternal face sometimes takes on the form of roots.»
These roots flourish at the Maladrerie . The sculptures of Stefan Rinck are of unintentional beauty and borrow formal attributes from the animality, touching us on the premise of us knowing very well, that they‘re ignoring us- as they are of another world. We could see suffering, serenity, humour in them, but we know nothing.
«Colonists of the world, we want to speak about them all: the beasts, the dead, the statues»; and well, the statues of Stefan Rinck are mute. They have mouths that do not speak; they have eyes, which don‘t see us. «They are not idols, rather toys; serious toys, who don‘t want to imply what they portray. It is less enshrinement than with our eternal statues of saints. Nobody adores these severe puppets.» The statues of Stefan Rinck are not God, they are the prayer. Prayers of the artist, open to the world, the body, the female and the enjoyment of life. The statues of the artist are wild and formal as well as substancially conjoined with the ground.

 

curator of the exhibition: Tiphanie Dragaut-Lupescu

 

Cette exposition est produite et réalisée dans le cadre de la programmation du Quadrilatère hors-les-murs, en coproduction avec la galerie Semiose et la galerie Sorry We’re Closed, en collaboration avec le Lycée d’Acheuléen à Amiens et les formations de CAP tailleur de pierre et Bac Pro métiers et arts de la pierre, avec la participation de l’École d’Art du Beauvaisis et du Théâtre du Beauvaisis. Le Quadrilatère bénéficie du soutien de la Direction régionale des affaires culturelles des Hauts-de-France dans le cadre de cette exposition.

Le titre de cette exposition est emprunté au documentaire éponyme réalisé par Chris Marker et Alain Resnais et sorti en 1953. Il fut commandité par la revue Présence africaine patronnée par Alioune Diop et animée notamment par des intellectuels comme Aimé Césaire, Price Mars, Léopold Sédar Senghor, Richard Wright ou Jean-Paul Sartre. L’ambition était d’offrir à la palabre africaine un espace de discussion où se rencontrent les figures les plus marquantes du monde africain de l’après-guerre.

L’exposition Les statues meurent aussi convoque chacun à regarder le travail de Stefan Rinck comme celui d’un sculpteur, d’un artisan et de prendre conscience du matériau, du geste – celui qui amène à une nouvelle sensibilité, à partager « l’attitude de l’artiste » et le processus de création.

« C’est que le peuple des statues est mortel. Un jour, nos visages de pierre se décomposent à leur tour. Une civilisation laisse derrière elle ses traces mutilées, comme les cailloux du Petit Poucet mais l’histoire a tout mangé. Un objet est mort quand le regard vivant qui s’est posé sur lui a disparu et quand nous aurons disparu, nos objets iront là où nous envoyons ceux des artistes : au musée ».

 

L’exposition Les statues meurent aussi s’organise sous le signe d’une unité perdue où l’art est le garant d’un accord entre l’homme et le monde. Trois statues monumentales en pierre de Lecce nous accueillent et nous guident. Pour comprendre les enjeux de cette exposition, il faut remonter aux origines de la Maladrerie. Au Moyen Âge, cet ensemble architectural était une léproserie. À cette époque, les lépreux, exclus, isolés du monde, étaient déclarés morts pour la société. Leur seul salut était alors d’être admis dans une maladrerie. Derrière ses hauts murs, c’est l’histoire hospitalière méconnue des XIIe et XIIIe siècles qui se raconte où la lèpre était considérée comme la marque du Mal.

Si le travail de Stefan Rinck résonne aujourd’hui à la Maladrerie dans un geste humble,  il  concourt également à réveiller l’ensemble d’un monde en sommeil. « Gardiens de tombeaux, sentinelles des morts ; chiens de garde de l’invisible », ces statues d’ancêtres forment-elles un cimetière ? Nous mettons des pierres sur nos morts pour les empêcher de sortir. L’artiste les conserve près de lui pour les honorer et profiter de leur puissance dans un panier rempli de leurs ossements. « C’est des morts que procèdent toute sagesse et toute sécurité ; ils sont les racines du vivant. Et leur visage éternel prend parfois forme de racines ».

 

À la Maladrerie, ces racines fleurissent. Les sculptures de Stefan Rinck, d’une beauté involontaire, empruntent au règne animal des attributs formels et nous émeuvent, à condition de bien savoir que ces images nous ignorent, qu’elles sont d’un autre monde. Nous pourrions y voir de la souffrance, de la sérénité, de l’humour mais nous n’en savons rien.

« Colonisateurs du monde, nous voulons que tout nous parle : les bêtes, les morts, les statues » ; et bien les statues de Stefan Rinck sont muettes. Elles ont des bouches et ne parlent pas ; elles ont des yeux et ne nous voient pas. « Ce ne sont pas des idoles, plutôt des jouets ; des jouets sérieux mais qui ne valent que parce qu’ils représentent. Il y entre moins d’idolâtrie que dans nos éternelles statues de saints. Personne n’adore ces poupées sévères ». Les statues de Stefan Rinck ne sont pas le dieu, elles sont la prière. Prières de l’artiste ouvert au monde, aux corps, aux femmes et à la jouissance, les statues de l’artiste sont brutes et liées à la terre par la forme et par la matière.

Commissaire de l’exposition : Tiphanie Dragaut-Lupescu, responsable du Quadrilatère

Note : les citations en italique sont des extraits du film Les statues meurent aussi, écrit et réalisé par Chris Marker et Alain Resnais, 1953.

 

Plus d’informations :
De juin à juillet, Stefan Rinck et son équipe de collaborateurs installent leur atelier à ciel ouvert à la Maladrerie et sculptent trois statues de grande taille. À travers une litanie de burineurs, de gestes précis, le processus de création est ouvert et accessible à tous et permet de découvrir et d’accompagner la procession à l’oeuvre. Puis l’exposition continue d’août à septembre en permettant aux œuvres de prendre possession des lieux, de faire corps avec la Maladrerie et d’en devenir des éléments fondateurs.

Stefan Rinck (né en 1973 à Homburg/Saar) est un sculpteur qui travaille la pierre et plus fréquemment le grès. L’artiste devine, dit-il, les formes cachées dans la matière  qu’il découvre sous les coups de ses instruments. Ces formes prennent l’apparence d’un abondant bestiaire composé de petits monstres et autres animaux démoniques. Ces figures animales semblent venir d’un autre univers ou d’une autre époque, peut-être celle où l’on croyait encore fermement à l’enfer. Stefan Rinck élabore un monde fantastique où se mêlent croyance et fantasme et où la pierre se façonne entre le totem et l’idole. L’artiste souhaite délivrer les gargouilles, ces figurines condamnées à recracher l’eau des bâtisses gothiques pour leur donner une autre vie. Lorsqu’elles sont exposées en groupe, les sculptures ressemblent aux pièces d’un échiquier et Rinck s’amuse à les arranger comme il le faisait avec ses figurines d’enfant. Cette troupe de personnages folkloriques est finalement impossible à dater et nous entraîne avec folie dans son imaginaire baroque.

 

Tiphanie Dragaut-Lupescu